Analyse de pollution

Analyse de terre – mesurer la pollution de son sol

Comment savoir si votre terrain est propre à la culture des légumes ou des fruits ? Si le sol du futur potager ne contient pas de polluants qui pourraient se retrouver dans les récoltes ?

C’est ce que j’ai voulu savoir lors de la création d’un potager et d’un verger en ville. Il est facile d’analyser les éléments nutritifs et le pH, mais pour les polluants, les choses se compliquent.
Après avoir écumé le net, j’ai contacté une dizaine de laboratoires susceptibles de fournir une analyse aux particuliers. Deux m’ont répondu positivement :

J’ai envoyé un échantillon à SADEF, qui me semblait relativement abordable au niveau prix. L’analyse comportait :

  • le « menu » (eh oui, comme au resto!) « 7 éléments métalliques trace » :
    Cuivre, Zinc, Nickel, Chrome, Plomb, Cadmium, Mercure
  • les hydrocarbures
  • l’arsenic et le sélénium, que j’ai ajoutés en option

Et surprise-surprise, voici le résultat :

rapport-sadef-small

Le plomb explose le score !
La norme maxi est dépassée de 3 fois.

Donc, un potager / verger ne serait pas raisonnable dans ces conditions. Un apport massif de bonne terre végétale serait nécessaire. Après avoir isolé le terrain existant, d’une manière qui reste à déterminer…

Voilà, le coût n’est pas négligeable (autour de 250 €), mais j’ai évité d’intoxiquer la famille. Je vous invite donc à analyser la pollution de votre sol si vous consommez une partie importante de vos légumes ou fruits.

14 réflexions au sujet de « Analyse de terre – mesurer la pollution de son sol »

  1. Bonjour,
    il semble que les normes en fonctions des labos ne soient pas identiques.
    Je viens de faire tester la terre de mon futur potager.
    La limite du labo est de 100mg/kg et je suis à 136 !
    Dois je y comprendre une incompatibilité avec ce projet de potager ?
    Ou peut on trouver une norme française concernant la présence de plomb autorisée dans le bio ?
    Merci

  2. Bonjour,
    D’après une analyse de sol, notre potager contient 10x la dose limite de plomb. Un biologiste nous a cependant dit que nous pouvions continuer à cultiver en ciblant les légumes qui absorbent moins le plomb, à savoir les légumes-fruits et les légumineuses. Lavage important des mains et surtout des légumes avant consommation.
    Vous avez bien fait d’ajouter de la terre saine mais nous vous en faites tout de même pas trop, la pollution est partout, également dans les légumes du supermarché.
    Bien à vous

    1. Bonjour Emilie, je suis perplexe par la réponse énigmatique du biologiste : se laver les mains et des légumes imperméables à la terre qui les nourrit ?! Je me méfierais. Et puis, j’ose espérer que les fruits et légumes biologiques du supermarché ne contiennent pas de plomb ! Bien cordialement.

  3. J’ai creusé un trou à différents endroits (40cmde profondeur) dansle le jardin en vue de faire des plantations .A cet endroit les plantes vegetent. en mettant de l’eau dans le trou creusé japerçois des aureoles bleutees de quoi peut- il sagir.?merci d’avance pour votre réponse.

  4. Bonjour,

    Si vous désirez des analyses de sol en terme de recherche de pollution, notre société LES EXPERTS DU SOL est qualifiée et développée pour ces recherches : prise d’échantillons et analyses en laboratoire.

    Il en suivra un rapport vous spécifiant les pollutions rencontrées ainsi que les solutions à apporter en fonction de vos projets (construction, potager, etc…).

    Cordialement

    LES EXPERTS DU SOL
    Mr BAYERE

  5. Merci beaucoup pour ces informations !

    1. Il y a quelque chose que je ne comprends par contre pas: « Quelle a été votre solution? »
    Vous avez plusieurs parcelles situées à différent endroits / villes ?

    2. « bonne terre végétale » ? Ca existe de la terre sans plomb ? Où l’avez vous acheté, le cas échéant?

    1. Pour ce qui est de la terre végétale, ce n’est pas évident en effet d’en trouver, si on veut être sûr de son origine et de sa qualité…

      La solution est venue quelques mois après cet article. J’ai installé des carrés potager tout faits (en mélèze, chez Tr…aut), tapissé l’intérieur et le fond avec un feutre geotextile, et enfin apporté de nombreux sacs de terreau. Tout cela revient assez cher, surtout que la surface obtenue est limitée.

      Pour limiter les couts liés au terreau, j’ai adopté la technique couche de bois mort + déchets verts de taille + déchets de cuisine, recouverts par un peu de terre de campagne. Ça fonctionne, tomates et épinards ont déjà réussi !

      1. Par ailleurs, oui ça existe de la terre sans plomb : dans un autre jardin que je viens de faire analyser, celui-ci à la campagne, pas de plomb, aucun polluant.

  6. Merci beaucoup pour ce retour d’information !

    C’est assez impressionnant de voir à quel point le plomb est important. Avez-vous cherché à savoir d’où ça vient (pollution atmosphérique ou autre) ?

    Et qu’en est-il des autres mesures, ça reste dans les normes tolérées ?

    1. Non, je ne sais pas d’où vient ce plomb. Il en provient de l’air en ville, qui se dépose sur feuilles et fruits, mais je doute qu’il s’accumule dans la terre au point de dépasser le maximum 3 fois…

      Il y avait aussi le cuivre et le zinc qui dépassaient, mais de peu.

      1. citation : « D’après Santé Canada, on trouve des traces de plomb dans presque tous les aliments. Le plomb dans l’air retourne dans le sol et est absorbé par les cultures. »

        Il semblerai que le plomb atmosphérique soit une possible cause de contamination du sol, parmi d’autres !

        Merci Her Isson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*